Perdre du poids confortablement

Pour qui est fait cet article ?

Cet article peut vous éviter un certain nombre de consultations chez un professionnel de l’alimentation, et il est gratuit. Si vous êtes en surpoids, prenez le temps de le lire, il vous aidera.

Vous êtes en surpoids malgré des habitudes alimentaires correctes.

Cet article est fait pour vous.

Vous êtes en surpoids parce que vous faites parfois n’importe quoi avec la nourriture (grignotage, trop manger, trop vite…)

Cet article est aussi fait pour vous.

Vous n’êtes pas surpoids ?

Mais qu’est-ce que vous faites ici ? 😀

Comment ÉCHOUER à perdre du poids :

Pour échouer à perdre du poids, il suffit de croire à une ou plusieurs des propositions suivantes :

“Je veux perdre du poids rapidement.” –> Perdre du poids, c’est changer certaines habitudes, sans trop se brusquer : ça passe par un peu de temps et de réflexion.

“Je veux perdre du poids sans rien changer à ma vie.” –> Il y a nécessairement des choses à changer concrètement dans votre vie. Dans ce que vous mangez, comment vous le mangez, comment vous traitez votre corps au quotidien ou l’image que vous avez de vous-même.

“Quelque chose d’unique peut me faire perdre du poids (régimes restrictifs, pilules, box minceur…)” –> Vous regardez trop la télévision 🙂 La pilule miracle n’existe pas.

Dans la même série : “Quelqu’un va me faire perdre du poids comme par magie (magnétiseur, acupuncteur, hypnotiseur…)” –> Ces approches peuvent vous aider à changer une ou plusieurs habitudes alimentaires. Elles ne remplacent pas une approche plus globale.

“Je n’ai pas le temps de mettre en place les principes pour bien manger.” –> Songez au temps que vous perdez pour essayer de perdre le poids accumulé en mangeant comme vous le faites.

“Il faut souffrir et se restreindre pour perdre du poids.” –> Si vous souffrez trop pour perdre du poids, cela signifie que vous y allez avec votre volonté. En d’autres termes, vous vous dites : “C’est chiant mais il faut que je le fasse pour perdre du poids.” Comme bien des changements où la volonté est le seul outil, au bout d’un moment, ça ne tient plus et on lâche.

Dans le monde actuel, les industriels nous promettent de manger équilibré en 5 minutes, débarrassage de la table compris. Et bien non, ce n’est pas possible.

Le temps que vous passez à vous occuper de votre corps 

est inversement proportionnel à son poids.

Comment RÉUSSIR à perdre du poids en 10 points :

Pas de recette miracle, mais quelques principes simples adoptés par tous les professionnels de l’alimentation. Vous ne pouvez pas tout faire ? Faites déjà ce que vous pouvez. Un petit pas vaut toujours mieux que de rester sur place.

1-Arrêter les régimes.

Selon l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation), 80% des personnes qui suivent un régime restrictif reprennent leur poids initial ou un poids supérieur en seulement 1 an.

Une autre étude sur 3 ans, montre une reprise totale ou supérieure du poids initial chez 95% des personnes faisant un régime restrictif.

La raison est simple. En faisant un régime :

– Vous vous contraignez à suivre des règles alimentaires en utilisant votre volonté. Mais un jour ou l’autre, la volonté, il n’y en a plus.

– Vous n’apprenez pas à vous écouter, juste à appliquer des principes restrictifs.

– Vous ne prenez pas en compte l’aspect psychologique de votre rapport à la nourriture.

Il est préférable de changer certaines habitudes alimentaires (travail de fond) plutôt que de suivre un régime drastique (pansement sur jambe de bois). D’autant que les régimes ne respectent pas le principe de nuance (cf. plus loin)

2-Manger en conscience, avec plaisir.

Les études le montrent, nous prenons de moins en moins de temps pour manger (même si la France reste championne du monde du temps passé à table). On accorde plus d’importance à son smartphone qu’à des choses essentielles comme son sommeil ou ses repas. Après, on se plaint d’être gros et de mal dormir. Ça n’a pas de sens.

Manger en conscience ne veut pas nécessairement dire manger lentement. Ca veut dire, faire attention à ce qu’on mange, savourer, explorer les goûts, les odeurs, les textures. Bref : c’est prendre du plaisir pour manger. Je devrais plutôt dire : prendre le temps de prendre du plaisir en mangeant. Évidemment, si vous mangez un plat sans saveur, c’est loupé (cf. conseils suivants).

On peut penser que ce n’est pas important de manger avec plaisir, mais c’est totalement faux. Les études montrent que lorsque l’on déjeune avec plaisir :

– on mange moins

– on n’a moins tendance à grignoter 

– on est de meilleure humeur et on digère mieux

Pour manger en conscience, il s’agit donc simplement de porter votre attention sur ce que vous mangez. Pas à quelqu’un qui parle, pas à la télévision, pas à votre smartphone, à ce que vous mangez. C’est ce qu’il se passe quand dans un repas, les conversations cessent. C’est là, parfois, que quelqu’un dit “si tout le monde se tait, c’est que c’est bon.” Eh oui, c’est sans doute vrai. 

Vous l’aurez compris : manger en conscience = pas d’écran. Vous mangez près de 20% de plus si vous mangez télé ou smartphone allumé.

Bien sûr, j’entends déjà les “J’ai tout juste le temps d’avaler un sandwich le midi” et les “j’ai pas le temps de dîner, il y a les douches des enfants et les infos à regarder”. Oui, nous avons tous des contraintes. Et nous faisons des choix parmi ces contraintes. Il y a une différence assez nette entre les comportements suivants :

Exemple 1 – J’ai 30 minutes pour manger le midi (du pire au meilleur) :

1) Je m’achète vite fait un sandwich à la superette du coin, avec un coca et un dessert que j’avale en consultant mon smartphone.

2) Je m’achète un menu sandwich dans une boulangerie que j’avale rapidement.

3) Je m’achète un menu sandwich dans une boulangerie et je prends le temps d’en profiter.

4) J’ai ramené de chez moi mon casse-croûte et je prends le temps de le déguster avec de l’eau.

Exemple 2 – J’ai milles choses à faire le soir (du pire au meilleur) :

1) Ce soir, c’est Mc Do devant le TV !

2) Je mange un repas industriel sans saveur devant les infos (qui en plus me minent le moral)

3) J’ai passé un peu de temps à cuisiner un bon repas que je mange devant la TV.

4) J’ai cuisiné un repas savoureux que je mange en conscience avec mes proches.

L’immense majorité des gens ont une vie extrêmement chargée et pleine de contraintes. Et pourtant, beaucoup parviennent à prendre du temps pour passer un repas agréable. Si vous ne le faites pas, c’est que vous privilégiez autre chose. Il n’y a aucun mal à ça. A vous de voir ce qui est le plus important pour vous.

3-Boire de l'eau, éviter les alcools et boissons sucrées.

Pas besoin d’épiloguer là-dessus, tout le monde le sait. Une chose cependant : un verre de coca n’a jamais tué personne. C’est quand le coca (ou la bière, le vin …) commence à remplacer l’eau qu’il y a un sérieux problème.

Par ailleurs le light est extrêmement pervers car encourage l’organisme à prendre du sucre par d’autres moyens.

4-Cuisinier au maximum, éviter les aliments transformés industriels.

Un jour, un industriel s’est aperçu qu’en mettant du sucre dans des plats normalement non sucrés, les gens en achetaient plus. En mettant plus de sel, même résultat. Et quand la charcuterie est bien rose (nitrites), les gens achètent plus de charcuterie. Et quand on rajoute quelques additifs, c’est encore mieux pour plus de profits.

Les industriels ne se sont pas beaucoup soucié de savoir l’impacte de tous ces ajouts sur notre corps. Ni même l’impacte de procédés de fabrications réduisant drastiquement les apports nutritionnels de leurs produits.

Les industriels ont donc tout fait pour adapter leurs produits pour qu’ils nous apportent (à moindre coût) :

– du plaisir (visuel, sensoriel, gustatif)

– de la facilité de préparation

– de la rapidité pour le manger

– un apport nutritionnel sain, équilibré, et produit de manière écologique (non, je blague, ils s’en foutent)

Les pouvoir publics restent malheureusement très influencés (je n’ai pas osé mettre manipulés, voire dirigés) par les industriels de l’agro-alimentaires qui défendent leurs profits au détriment de notre santé. 

Ils utilisent des campagnes marketing et de désinformation semblables à celles du tabac à partir des années 1950. 

Je ne cite que l’exemple du Nutri-score qui avait vocation à être un étiquetage simple et obligatoire sur tous les produits et qui fut rendu facultatif suite à des pressions subit par le parlement européen 

cf. l’excellente enquête d’Élise Lucet.

Les industriels vous prennent pour une nouille,

alors faites vos nouilles vous-même !

Cuisiner, ce n’est pas nécessairement faire de la grande cuisine. 

– Vous râpez des carottes et vous faites une vinaigrette maison : vous avez cuisiné. 

– Vous mettez un poisson au four dans du papier alu avec 2 tranches de tomates et 2 tranches de citron autour, sel, poivre : vous avez cuisiné.

– Vous faites cuir une viande, servie avec des haricots verts (surgelés ou frais) ail et persil : vous avez cuisiné.

Certes ce n’est pas de la grande cuisine (et pas super équilibré) et si vous aimez cuisiner vous savez faire bien mieux que ça. Mais pour ceux qui n’aiment pas cuisiner ou qui ne veulent pas y passer du temps, c’est déjà un grand pas en avant.

Voici quelques témoignages de gens qui n’aimaient pas forcément cuisiner et qui y sont venu (les noms ont été changés) :

“Cuisiner, c’est mon moment de calme après le travail, ça m’aide à me détendre”

Julien D.

“Quand je cuisine, je mets toujours de la musique et ça me donne une belle énergie”

Marine L.

“J’ai 2 petits chefs cuisiniers à la maison, et quand je cuisine, même simplement pour mettre des pâtes dans l’eau, chacun met un tablier et c’est un moment de partage avec mes enfants. Et ça fait du monde pour dresser la table !”

Christiane A.

“Je discute avec mon conjoint en cuisinant, on parle de notre journée et c’est un moment à deux”

Julie R.

“Cuisiner, c’est faire plaisir aux autres. Et ça me remplit de joie quand on me remercie ou qu’on me dit que c’est bon !”

Julien J.

“Avant, je préparais les choses au dernier moment et c’était souvent du n’importe quoi. Maintenant je prévois davantage, souvent je sais ce que je vais manger d’un jour sur l’autre et je fais mes courses en conséquence”

Eloïse M.

“Je n’aimais pas trop cuisiner mais j’apprends. Et en apprenant j’aime de plus en plus. C’est fou ce qu’on aime pas ce qu’on ne sait pas faire, et quand on apprend à le faire, on n’apprécie davantage”

Emelyne H.

“Moi je n’avais pas trop le temps de cuisiner car je voulais pouvoir regarder les infos et le films du soir. À présent que je cuisine en écoutant les infos à la radio, je me sens moins obligé de cuisiner vite et de manger vite”

Laurent G.

5-Découvrir de nouvelles saveurs, retentez des aliments oubliés

Ici un conseil très simple. Parfois, on pense qu’on n’aime pas certains aliments car on les détestait étant enfant. Puis, en tant qu’adulte, on les délaisse. Je vous invite à redonner leur chance à ces aliments. D’une part, parce que les goûts changent tout au long de la vie, d’autre part car vous savez certainement aujourd’hui les accommoder d’une manière qui vous plaise davantage. 

“Je croyais détester la salade, les oeufs et les bananes. Avec l’arrivée de mes enfants, j’ai retesté ces aliments. A présent, j’aime la salade quand j’y mets plein de choses dedans, j’apprécie une banane de temps en temps et les oeufs … non toujours pas !””


Bertrand J.

2020-10-27T09:28:29+01:00

Bertrand J.

0
0

6-Trouver une activité physique qui vous plait

Je vais traiter cette section comme un match de pingpong. A gauche, ce que j’entends souvent en cabinet, à droite ma réponse :

“Le sport, ce n’est pas pour moi”

Oubliez le mot sport, parlons d’activité physique. 

“Je m’ennuies quand je fais du sport, je n’aime pas ça”

Effectivement, il faut prendre du plaisir à faire une activité physique. N’y allez pas par contrainte. Trouvez l’activité physique qui vous plait, c’est une vraie recherche. Il y a des milliers de moyens de faire bouger son corps d’une façon ludique et plaisante.

“Il faut que je perde du poids avant de reprendre une activité physique”

Et vous voulez aussi perdre du poids avant de commencer à bien manger ? Ou vous sentir mieux dans votre corps avant d’arrêter de grignoter ? Ça ne fonctionne pas dans cet ordre là.

“Ca me semble trop contraignant, il faudrait au moins faire cet activité 3 fois par semaine pour que ça ait un effet”

Si vous faites un peu, vous avez un peu d’effet. Si vous faites beaucoup, vous avez beaucoup d’effet. 

Une chose est sûre : si vous ne faites rien, vous n’avez aucun effet.

“Je manque de motivation pour prendre du temps pour une activité physique”

Alors trouvez d’autres motivations. Faire une activité physique c’est utile pour : perdre du poids, entretenir son corps, éviter certaines maladies, se vider la tête, découvrir de nouvelles personnes, découvrir de nouveaux endroits… à vous de chercher ce qui fait du sens dans votre vie, et de trouver une activité physique qui va dans le même sens.

7-Mieux gérer ses inconforts de vie

Nous avons tous un tas de soucis dans notre vie. Le boulot, les enfants, le conjoint… Il y a bien souvent des tas de choses qui ne vont pas comme on le souhaiterait. Une partie de ces soucis sont réels, d’autres le fruit de notre exigence démesurée et de notre envie de perfection.

Ces soucis créent ce que j’appelle des “inconforts de vie” : des sensations inconfortables dans le corps, des ruminations de pensées, du stress, des réactions incontrôlées… 

J’ai eu beaucoup de problèmes dans ma vie dont la plupart ne sont jamais arrivés !  

Mark Twain.

Quatre stratégies dysfonctionnelles pour palier aux inconforts de vie.

Fumer

Boire (alcools, sodas…)

Ces stratégies nous sont présentées comme “les petits plaisirs de la vie” (alors qu’en réalité, ce sont certainement “les grands ennemis de la vie”)

Le message subliminal de nombreuses scènes (films, séries, pubs, même les infos) est le suivant : Il n’est pas normal de ressentir quelque chose d’inconfortable à l’intérieur de vous. Faites-vous un petit plaisir et ça ira mieux”

 Mais ces petits plaisirs ont plus d’un effet pervers :

– Tous les 4 créent une addiction

– Tous les 4 sont autodestructeurs (pour la corps et l’esprit)

– Tous les 4 sont payants et sont donc très recommandés par les industriels qui se fichent bien des problèmes énoncés ci-dessus.

Manger

Se vider le tête devant les écrans (smartphone, TV…)

Quatre stratégies satisfaisantes pour palier aux inconforts de vie.

Savoir se vider la tête (se connecter au corps, via le sport, la méditation…)

S’exposer aux arts (musique, cinéma, peinture…)

Ces stratégies ont les avantages suivants :

– C’est bon pour le corps et l’esprit

– C’est un travail de fond pour limiter les inconforts de vie

– C’est gratuit !

Alors pourquoi ne pratiquons-nous pas davantage ce type d’activité ?

– Ce n’est pas aussi facile à mettre en œuvre que d’allumer une clope ou de manger un gâteau (or, nous  voulons tout, tout de suite. Au détriment du mieux plus tard).

– Nous avons vu depuis l’enfance beaucoup plus d’exemples d’applications des mauvaises stratégies plutôt que des bonnes.

Vivre des moments satisfaisants entre humains

S’exposer à la nature (parcs, campagne, bord de mer…)

À vouloir tout, tout de suite, on obtient surtout n’importe quoi maintenant. On a souvent oublié qu’un peu de persévérance et d’effort sont parfois nécessaires pour obtenir certaines choses.

Tout ça pour vous dire qu’un bon moyen de perdre du poids, c’est de faire un travail sur vos inconforts de vie : comment les éviter, les gérer, savoir prendre de la hauteur. Tout cela s’apprend, se travaille et c’est passionnant.

8-Se débarrasser de vos casseroles psychologiques (les kilos émotionnels)

Peut-être aussi un travail est-il à réaliser sur des épisodes de vie douloureux, qui contribuent à votre prise de poids : un divorce, un deuil, des épisodes d’enfance non résolus… Un professionnel peut vous aider.

9-Mettez un peu de nuance dans votre vie

Il arrive fréquemment que son poids fasse le yoyo. C’est en général le reflet d’une série de restrictions, puis d’abandons, puis restrictions, puis abandons etc. Avec ce coté binaire et manichéen : soit on se restreint à mort, soit c’est le relâchement total. En mettant un peu de nuance dans sa vie, on peut perdre du poids durablement. 

Pour expliquer ce que j’entends par nuance, prenons un exemple.

Camille avait l’habitude en rentrant du travail de boire un verre de coca avec un paquet de gâteaux. Evidemment, elle savait très bien qu’il ne fallait pas faire ça. Elle avait essayé de sauter cette collation. Elle avait essayé de manger un fruit avec de l’eau à la place… Mais ça ne lui plaisait pas. Et elle avait la sensation de manquer de quelque chose.

Et bien il y a un juste milieu entre le coca et l’eau, entre le gâteau et le fruit. Il y a des boissons trèèèèèèèsssss sucrées, des boissons très sucrée, des boissons sucrées, des boissons non sucrées, et de l’eau. Bien sûr, l’idéal serait de supprimer le sucre de la collation. Mais que faire si on en a besoin ? L’idée est d’arriver à trouver du plaisir dans quelque chose de moins horrible pour la corps que du coca et des gâteaux, tout en gardant un plaisir. Camille trouva un bon équilibre en buvant un verre de Teisseire et en trouvant des gâteaux moins sucrés. Ce faisant, elle avait simplement divisé par 3 sa consommation de sucre pour sa collation, sans faire beaucoup d’efforts, et tout en gardant du plaisir.

En conclusion, se restreindre à mort mène à reprendre des kilos à mort. Il y a beaucoup de produits disponibles, et on n’est pas obligé de choisir les pires. Même les pâtes à tartiner au chocolat ne sont pas toutes aussi calorique les unes que les autres.

Sachez présenter votre assiette

Quid des petits plaisirs ?

attentiosn aux plaisirs répétitifs qui annulent le plaisir. etude sous irm.

10-Faites-vous aider par des gens compétents

Les gens compétents ne sont pas toujours faciles à trouver. En revanche, les gens incompétents sont faciles à reconnaître.

A fuir :

– ceux qui vous promettent un résultat rapide et sans rien changer à votre vie (c’est juste impossible)

– ceux qui ne prennent pas en compte qui vous êtes et qui appliquent la même recette toute prête pour tout le monde (chacun est unique)

– ceux qui vous disent que ça prendra x séances pour réussir sans même vous connaître (ils appliquent une recette tout prête)

– ceux qui vous disent que leur méthode fonctionne avec 90% de leurs clients (ils mentent)

En ce qui concerne l’hypnose. L’hypnose peut vous aider :

– à changer certaines habitudes alimentaires (grignotage, trop manger…)

– à avoir un meilleur rapport avec vous-même

– à faire face différemment aux inconforts de vie (stress, tristesse, ennui etc…)

– à régler les traumatismes qui ont créé une prise de poids

– à “nettoyer” un passé difficile afin d’avoir davantage d’énergie à consacrer à vous même

Cet article vous a aidé ? 

Dites-le en commentaire ! 

Cela m’encourage à écrire des articles.

Spread the love

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *